Archives expositions collectives 2ème semestre 2015

ArtCatalyse-archives

Voir aussi la page Solo Group Show de Taturo Atzu, Tatzu Nishi, Tatzu Oozu, Tatsouro Bashi, Tazro Niscino

Quai des Antilles / Hangar à Bananes / HAB Galerie


Commissariat : David Moinard, programmateur artistique du Voyage à Nantes


C’est au créateur de la Villa Cheminée à Cordemais d’investir de son humour provocateur et décapant la HAB Galerie. Cette première exposition personnelle de l’artiste japonais en France s’intéresse à la manière dont Taturo Atzu, alias Tatzu Nishi, joue avec nos conventions en reliant des notions habituellement opposées : le public et le privé, le beau et le laid, le bon goût et le mauvais, le sérieux et le caustique.



Aymeric Caulay, Terre en chantier

Cours Cambronne















Vincent Mauger, Résolution des forces en présence

Parc des chantiers





Baptiste Debombourg part du réel pour le métamorphoser. Il réagit à des contextes précis et use de la matière en alchimiste : des emballages de protection de matériel électroménager en polystyrène sont transformés en autels d’églises néogothiques, les vitres d’un bâtiment semblent se liquéfier pour créer de grandes flaques de lumière au sol, etc.

C’est donc de l’observation de la place et à partir de l’importante présence de terrasses de cafés et de restaurants que Baptiste Debombourg a construit son projet. La terrasse est synonyme de sociabilité et l’élément “chaise” qui la compose est une forme de représentation de la personne. L’artiste décide de jouer de cette présence en créant une ample sculpture aérienne, s’opposant à leur ancrage habituel au sol. Dans un dialogue avec le volume de la place et la hauteur des bâtiments, deux ellipses de chaises s’élèvent dans les airs, se rencontrent et se séparent.

La forme s’inspire également d’une œuvre de Robert Delaunay réalisée pour le Palais de l’Air lors de l’Exposition universelle de Paris en 1937 : l’artiste y remet l’homme à sa place, comme partie intégrante de son environnement et soumis à ses lois.

Baptiste Debombourg, Stellar

Place du Bouffay

Aymeric Caulay s’intéresse à l’idée qu’une œuvre d’art doit s’emparer de l’espace et du lieu, des activités et systèmes qui lui sont liés. L’activité productrice, le monde de l’entreprise, ce qu’on appelle “l’économie réelle”, est ainsi son champ d’investigation : il s’immerge et explore les processus de production, de l’extraction de la matière jusqu’à sa transformation finale.

Dans le cadre du post-diplôme Les Réalisateurs porté par l’artiste Fabrice Hyber, l’école supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole et l’école de management Audencia, Aymeric Caulay s’est introduit à la manière d’un archéologue-anthropologue dans des entreprises qui extraient et transforment l’argile. En rencontrant les personnels, en observant les modes de fonctionnement et les savoir-faire, il a conçu une œuvre qui s’appuie sur l’usage de cette seule matière.

Malgré la taille imposante de l’engin de chantier, c’est bien à un jouet d’enfant qu’on pense face à la sculpture. L’œuvre laisse apparaître les différentes phases que l’artiste a observées : de l’extraction de la terre par tractopelle – la sculpture principale – à la transformation en pâte manufacturée qui constitue le socle. En affirmant le processus comme principe de réalité pour l’artiste comme pour l’entreprise, Aymeric Caulay place l’art non pas à la marge, mais au cœur de l’activité productrice.

  Nantes Faites le voyage !
  Nantes et l’estuaire, divers lieux

  03.07.2015 - 30.08.2015

Communiqué de presse


La manifestation reprend son rythme du 3 juillet au 30 août 2015. Avec comme chaque année de nouvelles propositions dont voici une courte sélection, sachant que le créateur de la Villa Cheminée à Cordemais y occupe une place d’honneur, mais toujours les œuvres pérennes des années précédentes sont à découvrir ou re-découvrir.


























































.
















 







© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Manifestation du 3 juillet au 30 août 2015. Ville de Nantes et l’estuaire. Toutes les informations sur le site : www.levoyageanantes.fr/







Nantes Faites le voyage ! Edition 2015

On se souvient de l’imposante sculpture qu’avait créée Vincent Mauger pour la place du Bouffay lors du Voyage à Nantes 2014. De longs pieux de bois fixés à une matrice centrale évoquant d’ingénieuses machineries formaient cet étrange objet.


Son ampleur tout autant majestueuse qu’effrayante révèle l’ambiguïté de la sculpture : l’esprit s’oblige naturellement à lui trouver un usage. La nouvelle situation de l’œuvre, en proue sur la Loire, dominant les anciennes cales de lancement des bateaux, accentue encore cette impression : est-on face à une machine de guerre médiévale, un instrument d’excavation des chantiers navals ou face au squelette d’un animal gigantesque ?


Résolution des forces en présence est à l’image du travail de cet artiste qui souvent joue sur le décalage des rapports d’échelle. Les principes d’assemblage restent visibles et permettent au spectateur de s’emparer de l’objet, d’imaginer en poursuivre la construction ou en modifier la configuration. L’artiste matérialise ainsi ce qui serait notre espace mental, notre façon de penser notre présence physique dans un espace donné, et par extension notre présence au monde.