Archives expositions collectives 1er semestre 2015

ArtCatalyse-archives

  Gourmandises
  H2M - espace d’art contemporain, Bourg-en-Bresse

  08.05 - 26.07.2015

Communiqué de presse


Pour la 5ème édition de son événement annuel artistique et culturel, la Ville de Bourg-en-Bresse prend au pied de la lettre l’adage populaire « Des goûts et des couleurs » et présente l’exposition Gourmandises à H2M – espace d’art contemporain. Au travers de photographies, peintures, installations, dessins, sculptures et vidéos, cette exposition gourmande et colorée invite à l’éveil des sens.

Les artistes ont toujours manifesté un attachement particulier à la représentation de la nourriture. Cet engouement répond à une longue tradition. Depuis les peintures pariétales de l’homme préhistorique, l’histoire de l’art témoigne de ce regard porté sur l’aliment et la façon de manger : restes de repas représentés sur les mosaïques romaines, natures-mortes médiévales, banquets de la Renaissance, scènes d’intimité en cuisine, tables déstructurées ; plats préparés, performances culinaires... L’art contemporain poursuit cette quête, cette exploration des relations de l’homme avec la nourriture. Formes, couleurs, compositions, textures, odeurs... sont les ingrédients des recettes plastiques proposées par les 12 artistes de l’exposition Gourmandises qui invite à un voyage sensoriel en cinq étapes, dont quelques interventions sont citées ci-après.























































.
















 







L’eau à la bouche : Sylvie Herzog et Véronique Ellena

Chaque fruit, chaque légume peint par Sylvie Herzog a l’air plus vivant, plus goûteux, plus appétissant qu’un véritable fruit. L’artiste est fascinée par le détail, les micro architectures que l’on trouve dans la nature. Une suave onctuosité se dégage de ses cerises, piments, olives qui se métamorphosent dans une explosion de couleurs harmonieuses et flamboyantes. La matière qui enrobe ses sujets semble toujours humide et luisante. Résultat d’une subtile alchimie qui se passe en cuisine : l’eau, l’huile d’olive ou le nappage devient un médium plastique.

Les choses même est une série initiée par Véronique Ellena en résidence à Bourg-en-Bresse en 2012. La photographie révèle des objets banals, issus du quotidien, dans une mise en scène savamment organisée. Éléments concrets, ces objets deviennent pourtant abstraits, comme s’ils appartenaient à une autre réalité, celle des souvenirs. Mémoire individuelle et mémoire collective s’unissent. L’expérience gustative et olfactive est source de vérité et de création. Les couleurs viennent s’ajouter à ces évocations.


Les recettes du plaisir : Clarisse Rebotier, Brigitte de Malau et Laina Hadengue

Dans sa série éroticoculinaire, Clarisse Rebotier associe de peites sculptures de femmes lascives à des aliments de consommation courante et variée qu’elle cherche à fusionner à travers une lumière volontairement palpable. La photographe détourne l’espace quotidien dans des compositions audacieuses et insolites réalisées en studio. En associant des sujets à des contextes inattendus, elle porte un regard critique et humoristique sur les conventions.

Dans son installation autour de Circé, déesse chanteuse, tisserande, botaniste et magicienne qui connaissait le pouvoir extraordinaire de certaines plantes sauvages, Brigitte de Malau propose une façon singulière de goûter à ce mythe haut en couleurs. Derrière des pans de chanvre et de lin, l’artiste crée une île où tous les sens sont en éveil. Une table chaulée et brute prend place, encerclée et dressée sur du sable. À travers cette œuvre inspirée de la vie de tous les jours apparaît la diversité des rituels et des symboliques du repas. Les installations de l’artiste permettent d’entrer dans un monde où le mythe est roi et souligne l’importance de la mémoire.


A table ! : Brigitte de Malau, Yveline Tropéa et Aurélie Mathigot

Chez Aurélie Mathigot, la table se pare de mets étranges, habillés ou créés de toute pièce en mêlant nourriture charnelle et textile. Ses Junk food, Breakfeast et Pic-nic représentent la partie comestible de sa collections d’objets brodés, tricotés ou crochetés. Par sa technique de recouvrement, elle habille de laine et de coton les objets de notre quotidien, pour donner du et des sens (celui du toucher en l’occurence, à ces objets banalisés par notre consommation.


Le goût du souvenir : Elise Toublanc et Pleix

Avec ses bonbons aux couleurs réalistes, Elise Toublanc éveille nos papilles et réveille nos souvenirs d’enfance sucrés et parfumés, Sa maîtrise du pastel sec lui permet d’atteindre une précision hyperréaliste. Ce médium a le pouvoir de rendre les textures et les effets de lumière sur ces sucreries tout en s’inscrivant dans la tradition de l’histoire de l’art. Andy’s candies, variation autour du crocodile haribo, est un hommage à l’artiste Andy Warhol et à son addiction aux sucreries ? Surdimensionné et vu en gros plan, Elise Toublanc affiche ce bonbon comme une icône hollywoodienne au même titre que la Marylin Monroe de l’artiste du Pop Art. Derrière son apparente innocence, il faudrait trois planètes reprend la théorie de la surconsommation américaine selon laquelle trois planètes seraient nécessaires pour accueillir l’humanité, si celle-ci reproduisait le modèle américain. Il ne faut pas voir ses œuvres comme une simple reproduction des douceurs enfantines mais dans l’interrogation de notre rapport à la la société de consommation et ses limites.


Sens dessus dessous : Léopoldine Roux, Mai Tabakian et Eva Clouard

Sacralisés par leur exposition en vitrine, la série d’objets installés en vitrine, Olfactices, par Eva Clouard interpellent. Il convient de s’approcher pour déceler ce qui leur vaut cette position particulière. À première vue, ces sculptures présentent des objets vus dans la vie quotidienne : un livre, diffusent des parfums un gyrophare bleu, une rallonge électrique, un ballon, une platine vynile. Mais en s’approchant au ras de la vitrine, ils diffusent des parfums en rupture avec leur apparence…

La sculpture Feel Electric installée par l’artiste fait l’inverse en l’apparence d’un fil électrique constitué en réalité de’un véritable rouleau de réglisse enroulé comme dans les sachets de friandises, mais de 60 cm de diamètre.

Les formes douces et les couleurs acidulées des Slices de Mai Tabakian attirent l’œil. Leur matière tactile est comme une invitation à dévorer avec gourmandises les tranches de ces fruits fraîchement coupés dont les graines et les pépins, emprisonnés dans de nombreuses parois, attendent la pression qui les libèrera de leur enveloppe. Mais la nature rivalise de subterfuge pour attirer ses proies et les couleurs vives sont souvent une arme de séduction redoutable, voire fatale. Mai Tabakian puise son inspiration dans la nature dont elle explore les formes organiques, les dissèque avec une précision quasi chirurgicale pour inventer son répertoire de motifs. Le tissu est un médium à la fois pictural et sculptural, matière que l’artiste découpe et modèle en une variété de propositions plastiques. Les étoffes se substituent aux tubes de couleurs. Le volume est lui obtenu en amont, lors d’un travail sur du polystyrène, dont elle extrait des formes avant de les recouvrir de tissu.


Vidéo HFCS, collectif Pleix

Avec ses bonbons, gâteaux ou fruits artificiels aux couleurs délicieuses et sa bande son à s’en lécher les babines, HFCS est une vidéo conçue comme une allégorie en 3D des merveilles ambigües que nous concocte l’industrie alimentaire. Cette œuvre a été conçue dans le cadre de l’exposition « 2062 » à la Gaîté Lyrique, avec comme cahier des charges l’idée de se projeter 50 ans plus tard dans le futur. Derrière cet acronyme HFCS ‘High Fructose Com Syrup) se cache une substance devenue addictive pour nos palais modernes, soit du sirop à haute teneur en fructose que l’on consomme allègrement dans la plupart des boissons, desserts et autres préparations alimentaires industrielles. C’est l’édulcorant préféré de l’industrie agroalimentaire, car il est peu onéreux et a des propriétés de conservation. Mais il suscite de nombreux débats quant à sa dangerosité pour l’organisme (obésité, crise cardiaque).




Exposition du 8 mai au 26 juillet 2015. Exposition du 8 mai au 26 juillet 2015. H2M – Hôtel Marron de Meillonnas - Espace d'art contemporain Ville de Bourg-en-Bresse, 5 rue Teynière - 01000 Bourg-en-Bresse. Tél.: +33 (0)4 74 42 46 00. Ouverture du mercredi au dimanche de 13 h à 18 h. Entrée libre et gratuite.





Gourmandises, H2M, Bourg-en-Bresse

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés