Archives expositions collectives 2ème semestre 2014

ArtCatalyse-archives

  Architectonie, exposition inaugurale
  CAC La Traverse, Alfortville

  27.09 - 14.12.2014

Communiqué de presse

Pour son exposition inaugurale : Architectonie, le CAC La Traverse, centre d’art contemporain d’Alfortville,est heureux d’accueillir à partir du 27 septembre 2014 Sandra Aubry et Sébastien Bourg, Emilie Benoist, Alain Declercq, Thomas Fougeirol, Gabriel Jones, Bettie Nin, Célia Nkala, Carlos Reyes, Jeanne Susplugas, The Bells Angels aka Simon Bernheim & Julien Sirjacq, Morgane Tschiember.

A travers les installations, photographies, dessins, sculptures et vidéos de treize artistes plasticiens, Architectonie propose une réflexion sur ce qu’est un lieu, ce que signifie s’approprier un lieu et joue sur les multiples sens du mot « habitat ».











































.
















 







Architectonie, exposition inaugurale CAC La Traverse, Alfortville

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 27 septembre au 14 décembre 2014. CAC La Traverse, 9 rue Traversière - 94140 Alfortville. Ouverture du mercredi au samedi de 14h à 18h. Entrée libre.

L’exposition a été pensée comme un zoom, une lecture décroissante de l’extérieur à l’intérieur. Elle s’appuie sur la figure de style de la synecdoque qui consiste à prendre le tout pour la partie (ou à l’inverse la partie pour le tout) et montre, dans ce contexte, qu’une chambre peut représenter une maison, une maison être le symbole d’une ville et une cité la métaphore d’un pays tout entier.

De la zone ouverte au territoire. De l’habitat au foyer. De la demeure à l’espace intime… L’accrochage, en trois parties, évoque pour commencer la nécessité d’une structuration. Séparer l’espace, le fractionner, le découper c’est en effet poser la première pierre à l’édifice, au sens propre comme au figuré. Du mur gigantesque à la jointure, de la structure métallique au rideau suspendu, les frontières, virtuelles, naturelles ou architecturales, font l’objet des représentations artistiques les plus diverses.

Ensuite seulement vient la question de « l’habiter », un lieu n’étant pas d’emblée un lieu d’habitation. Seul le fait d’y revenir souvent physiquement ou mentalement en fait une «maison» plutôt qu’un simple abri ou un refuge. Il faut vouloir en faire un lieu-à-soi, choisir d’en faire son habitat, pour le considérer comme un foyer, un cocon, un phare… Et là encore les différentes formes architecturales sont nombreuses car toujours adaptées à la culture, la position géographique, la situation économique de chacun…

Dans ce rétrécissement du grand au petit, du pays à l’espace intime, il y a enfin la pièce, la salle. qui reflète plus que tout autre la personnalité de son occupant. Elle est l’expression même de son caractère, de ses goûts et de ses mœurs. Les lieux ont par ailleurs un passé, une Histoire, qui, par un effet de porosité du dehors au dedans et du dedans au dehors, finissent aussi par transformer leurs habitants.

Portée par le regard sensible des artistes invités,
Architectonie est conçue comme un parcours poétique où « l’habiter » s’affirme comme « trait fondamental de la condition humaine » (Heidegger).